Home > LARRY BLOGUE > Articles > Social Selling & Autoédition : ça matche !

Social Selling & Autoédition : ça matche !

social selling & autoédition

L’Autoédition*, c’est l’art et la manière d’éditer soi-même ses ouvrages et par rebond de les promouvoir.

Le Social Selling, c’est l’art et la manière d’exploiter les réseaux sociaux pour développer ses ventes.

La passerelle est créée…

Cet article ou guide pratico-pratique a principalement été écrit avec le cœur et l’expérience du développement commercial qui me caractérise. La rubrique « Larry Blogue », sera essentiellement dédiée aux différentes techniques de promotion d’ouvrages et d’informations juridiques et fiscales sur le secteur de l’autoédition. Vu mes compétences littéraires embryonnaires, c’est mieux pour tout le monde ^^. 

Résumé des principes du Social Selling

Le Social Selling est à ce jour, la vente 3.0. Apparu en 2009, démocratisé en 2013 par LinkedIn, son utilisation est essentiellement BtoB en vente complexe. Techniquement, le Social Selling intervient dans les différentes étapes d’un processus de vente :

  • Identifier des prospects
  • Créer le contact
  • Diffuser des informations qualifiées (veille et curation) et/ou création de contenus qualitatifs ciblés.
  • Recommander et mettre en relation
  • Lead Nurturing (couveuse à prospects, classifiés selon leur maturité à passer à l’acte)
  • Passage à l’acte : IRL ou web tout dépend
  • Pratiquer la veille concurrentielle et le benchmark

Deux notions sont essentielles dans le concept du Social Selling : l’émotion et l’humain. Émotion dans le sens, susciter l’intérêt, solutionner une problématique par exemple – L’humain pour la qualité relationnelle, la cordialité, la communication, là commence le Personal Branding.

Pratiques impliquées ou associées à une démarche Social Selling

  • Inbound Marketing Signifie marketing entrant. De part la qualité des contenus web produits, les lecteurs sont incités à s’intéresser à l’auteur et à se rendre sur son site. Le travail du SEO est très important. Si la démarche est bien structurée, aucune prospection à effectuer, le lecteur viendra de lui-même.(Opposé : Outbound Marketing = marketing sortant : publicité sur les réseaux, emailing…).
  • Content Marketing S’intègre dans l’inbound marketing. Production de contenus qualifiés avec pour but de générer du trafic et donc des futurs acheteurs de vos ouvrages.
  • Personal Branding Image personnelle. C’est la perception que les autres ont de vous. Interactions bienveillantes, qualité de diffusions, de contenus, de comportement pour résumé. (Existe aussi le Professional Branding = image professionnelle).

Maintenant, traversons la passerelle pour relier Social Selling et autoédition.

Le Social Selling appliqué à l’Autoédition*

Le Social Selling (j’évite l’abréviation hein ^^) peut aisément s’articuler pour s’adapter à une démarche de vente directe – vendeur/consommateur (Business to Consumer). Cela tombe bien non ? Pour initier une stratégie Social Selling, un blog est (presque) indispensable pour apporter de la valeur ajoutée. Le blog doit être tourné vers les autres plus que vers soi-même et ses produits. Ne cesser de donner, donner et encore donner pour ensuite recevoir. C’est moins rapide que du one-shot mais au niveau rentabilité pérenne, il n’y a pas mieux.

Si vous ne bloguez pas, la seule solution est une présence soutenue sur les réseaux sociaux après un choix minutieux de ces derniers. Distiller de l’information qualifiée, développer votre personal branding, vous intéresser aux autres, converser au maximum, créer des visuels à partager, structurer vos messages en fonction de vos objectifs… doivent être vos actions. C’est aussi beaucoup de sueur. Si vous n’avez de blog, je vous invite fortement à en ouvrir un. Pléthore de plateformes gratuites existent. Les tutos aussi. 

Les blocs stratégiques du Social Selling pour l’Autoédition (avec blog)

La stratégie ci-dessous est abordée avec les blocs suivants : Blog – Réseaux sociaux – Créer sa marque & son personal branding – Vous et Vos ouvrages – Mesurer ses actions.

Bloc 1 : Blog

Une fois la plateforme de blogging choisie (gratuite ou payante), place à la structuration du blog. Dans une démarche de Social Selling :

  • Prévoir un onglet articles ou blog, appelez-le comme bon vous semble, mais opérez ainsi. Pourquoi ? Si vous écrivez que sur vous et vos ouvrages, vous n’apportez aucune valeur ajoutée extérieure à vos visiteurs, et ces derniers ne reviendront pas souvent. La fréquentation de votre site sera principalement drainée par votre capacité à produire des articles solutions sur les problématiques de votre lectorat communautaire. Pour de purs lecteurs, les contenus doivent être plus ludiques (quiz, cours d’écriture par palier, anecdotes littéraire…) – c’est l’intérêt émotionnel. Le souhait de vos lecteurs de se pencher sur vos ouvrages et sur vous, se répétera, si et seulement si vous véhiculez de la valeur à travers vos contenus. Oui, c’est un investissement temps non négligeable, surtout quant à la base on est auteur et que le temps est précieux. Le marketing de vos ouvrages encore non publiés ou même écrits, passe par cette démarche.
  • Insérer dans l’onglet articles ou blog, un sous-menu dénommé « Ressources » ou « Réservoir » ou tout autre nom significatif à convenance. Cette rubrique apporte de la valeur ajoutée et présente des outils de travail ou récréatifs, des liens menant à des dossiers qualitatifs externes.
  • Déterminer une charte éditoriale et la respecter. Les articles de blog sont au sein d’une stratégie de content marketing (contenus ciblés) qui s’intègre dans la charte.
  • Organiser des projets collaboratifs, participatifs (livre blanc, jeux-concours…). Ainsi vous visez tous types de lecteurs.
  • Travailler son SEO à la perfection pour draguer et conclure avec les moteurs de recherches. Choisir les bons mots-clés. Réaliser des articles en guest blogging (article invité – Google adore). Être adepte du backlinking et du netlinking
  • Créer une page « À propos » Après la page d’accueil, la page « À propos » est la page la plus visitée d’un blog. Elle présente la raison d’être du site et sa nomenclature. Elle est un repère indispensable à tout blog qui se respecte et va indirectement pesée sur votre image. Accessoirement, elle présente aussi notre parcours. Perso, le choix a été fait de détacher mon parcours dans une page spéciale.
  • Harmoniser l’esthétique et l’ergonomie de votre blog même si les goûts et les couleurs diffèrent… Votre site attirera plus facilement les lecteurs s’il n’est pas fouillis.

Connexe – démarches outbound marketing : la newsletter, publicité sur les réseaux sociaux ou sur d’autres blogs.

Ces actions et choix ci-dessus, vous l’avez compris ont comme objectif de drainer du trafic vers votre blog. Il en existe d’autres bien sûr mais celles-ci sont les principales pour le Social Selling. Internet et youtube vous apporteront compléments d’informations.

Nous ne parlons pas encore de vos ouvrages et de vous. Patience…

Blog 2 : Réseaux Sociaux

Choisir ses réseaux sociaux

Choisir des réseaux plutôt que d’autres, c’est établir ses canaux de diffusion. Pour promouvoir ses écrits, ses ouvrages selon votre genre littéraire, il convient de se poser les bonnes questions. Personne n’a la même stratégie à la base et heureusement. Se fondre dans un moule communautaire est une erreur grossière ; cela n’empêche nullement d’avoir des sensibilités communautaires.

Opter pour deux voire trois réseaux est idéal pour garder une certaine souplesse de fonctionnement. Pour exemple, je m’attache à produire uniquement des nouvelles ou récits courts dans les thématiques suivantes : sociologie – tranche de vie – vie pro – cultures du monde. J’ai décidé d’être présent sur deux réseaux :

  • Twitter pour le conversationnel, relais d’articles de blog, informations qualifiées, projets collaboratifs et participatifs
  • Pinterest pour les visuels en lien avec mes articles de blog, pour la possibilité de créer et d’épingler un univers thématique. Au passage, Pinterest est le réseau social qui a le meilleur taux d’engagement pour des visuels
  • Plus tard peut-être LinkedIn parce que mes thématiques adhèrent en partie au style du réseau. Oui, l’utilisation d’un réseau social est ce que l’on en fait avant tout. LinkedIn est certes un réseau professionnel, mais il n’est pas qu’une archive à CV. Il est même très conversationnel à travers les commentaires de billets ou de publication. Les professionnels de tous secteurs sont aussi de potentiels prospects.

D’autres vont choisir Instagram, Facebook, YouTube… Se décider pour tel ou tel réseau, c’est aussi une histoire de sensibilité, d’appréciation… En connexe, certains utilisent le Podcast, c’est un très bon aimant et d’une richesse incroyable si bien orchestré.

Nous ne parlons toujours pas à ce stade de vous et de vos ouvrages. Ne trépignez pas…

Nous avons abordé la structure de votre blog, du moins les principaux éléments, le choix des réseaux, penchons-nous à présent sur les précieux :

Bloc 3 : Créer sa marque  et son Personal Branding 

Oui, vous êtes une marque, est vous devez être identifiable entre mille. En quatre syllabes, être RE-MAR-QUA-BLE ! Les composants du personal branding sont aussi divers qu’il y a de thématiques existantes. Il s’agit bien de refléter réellement qui vous êtes, mais c’est aussi stratégique selon le domaine. Ici, nous parlons de vous, auteur(e)s autoédité(e)s.

Votre personal branding s’établit et sera jugé à partir de ces principaux composants :

  • Personnalité et compétences Premier point : savoir qui vous êtes, ne travestissez pas la réalité. Vos points forts, vos compétences, ce qui vous rend unique dans votre domaine doivent transpirer dans l’image que vous reflétez.
  • Création de votre propre contenu La qualité et la pertinence de vos contenus pour votre audience, seront des atouts précieux pour créer votre marque et développer votre branding.
  • Capacité à fédérer Autre point crucial ! Échangez, partagez, conversez, relayez sous le joug de la bienveillance. Complimentez une personne pour son travail sans être thurifénaire (^^). Par ces agissements, vous créerez une vraie communauté, sans fard et artifice – une communauté authentique. Animez vos réseaux en permanence ou le plus souvent possible en tous les cas. Soyons créatif, réactif, c’est capital.
  • E-réputation Surveillez-la ! Il suffit de taper votre « marque » sur google pour savoir où et comment vous êtes positionnés. C’est à surveiller comme le lait sur le feu sur la durée. Scrutez aussi ce que l’on dit de vous sur les réseaux et réagissez en répondant aux différentes remarques ou interpellations.

Votre Marque Pour la développer, votre communication sur les différents canaux de diffusion doit être au poil. Chaque message doit être structurellement adapté à chaque réseau, pas de communication à l’identique. Vos images et vos visuels participent à votre identification, tout comme vos histoires, vos anecdotes, vos présentations aux autres. Vous devez aller vers vos lecteurs. (Perso, suis très authentique et je peux employer parfois un ton direct pour véhiculer un message ou apporter une réponse, nul n’est parfait ^^. Mais toujours dans le respect.)

Et si nous parlions enfin de vous et vos ouvrages ?

Bloc 4 : Vous et vos ouvrages

Comment inciter les personnes à s’intéresser à vous et vos ouvrages ? Ayez le penchant naturel d’aller vers les autres et de vous intéresser à eux au lieu de faire la promotion incessante de vos ouvrages à travers posts, articles, tweets égocentriques… Cela ne veut pas dire, ne jamais le faire mais respectez la règle des 80/20. Bien sûr que vos ouvrages, vos références doivent être placés en bonne position sur votre blog, mais n’en parlez que 2 fois sur 10 dans votre communication extérieure. Les personnes s’intéresseront logiquement à vous et à vos ouvrages.

Regardons à présent, quels outils peuvent vous aider à mesurer vos actions sur les réseaux sociaux et sur votre blog. Affaire de choix et sensibilité avant tout, mais aussi de budget bien sûr.

Bloc 5 : Mesurer ses actions

Sur notre blog

Quelles métriques prendre en considération ? Quelles KPI observées ?

Pour votre blog, google analytics est bien sûr votre meilleur ami. Il vous permet de mesurer ce qui fonctionne ou pas. De prendre le pouls de vos ouvrages en terme de clics, de temps de lecture et d’action sur liens boutique ou amazon…

Les KPI (Key Performances Indicators) principales que vous devez observer sont :

  • le nombre de visiteurs (disséquer le nombre de visites globales des visiteurs uniques)
  • les pages vues Quel est le contenu qui marche le mieux, le moins, comment se situe vos ouvrages…
  • la source du trafic Indicateur important pour savoir repérer les points forts et les points faibles de votre communication sur une source particulière et réviser votre stratégie)
  • le temps de lecture Information importante pour savoir si les lecteurs vont au bout ou pas
  • le taux de rebond Donne l’attractivité globale de votre blog – Un taux de rebond de 90 %, appelez le 15 direct. Il faut commencer à s’inquiéter quand votre taux est supérieur à 50 %. S’il est en-dessous de 30 %, continuez à le maintenir ainsi, c’est gala !

Après analyse, vous pourrez mettre en place des actions correctives.

Sur vos réseaux sociaux

La mesure est très importante, puisque beaucoup de critères rentrent en ligne de compte (heures et jour de publication suivant les réseaux, taille de vos communautés…)

Gardons en tête de scruter ces trois critères les plus importants :

  • Votre nombre d’abonnés qualifiés
  • Les impressions de vos posts, tweets… Pour la visualisation globale de vos publications
  • Les engagements (interactions, clics sur lien…)

Beaucoup de personnes attachent de l’importance à avoir un nombre d’abonnés importants. Très bien, mais le primordial est le taux d’engagement, l’interaction. Le reste est important mais pas autant. Par exemple sur Twitter, le taux d’engagement par tweet est très révélateur de ce qui marche ou pas. Si vous avez 4000 followers mais un taux d’engagement de 1,5 %, posez-vous les bonnes questions. En dessous de 6 % de taux d’engagement (même sur 28 jours), ce n’est pas fameux. Sur Facebook, l’engagement n’est pas calculé de la même façon, les statistiques ont donc une interprétation différente en fonction du réseau social.

Outils pour gérer vos actions sur les réseaux

Selon vos finances, vous pouvez utiliser des outils plus ou moins performants. En gratuit, rien de mieux que les outils de statistiques internes de chaque réseau que vous utilisez.

Comme cité dans l’article : « Marketing Twitter pour auteur« , j’ai un gros faible pour Sprout Social et E-Clincher mais il en existe d’autres. Tapez sur google, vous trouverez des articles testant ces solutions : Hootsuite, Commun.it, Sumall, Sociota, Sendible…

Pour conclure

Le premier marketing de vos ouvrages passés, présents, futurs, c’est VOUS !

Si vous suivez ces recommandations, votre Social Selling sera très bon et vous pourrez en mesurer les résultats. Avec le Social Selling, tout se pense sur la durée. Il faut semer avant de récolter. D’apporter de la valeur ajoutée sur votre blog à travers des articles, animations, de vous intéresser sincèrement aux autres doivent être votre priorité. Ne propagez pas une communication égocentrique, distillez votre MOI avec retenue.

Article à paraître prochainement

« Le Marketing du Menuisier » – Comment un professionnel au savoir-faire en or a quadruplé son chiffre d’affaires en changeant ses méthodes de vente ? Transposition à l’autoédition sera faite. Histoire vraie.

Pour les puristes et autres jongleurs de termes, j’emploie le mot autoédition quand il y a peut-être place et lieu de parler d’autopublication. Merci de ne pas m’en tenir rigueur ^^.

N’hésitez pas à commenter en dessous. Tous les avis et échanges constructifs sont les bienvenus.

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail

Lire aussi :
Livre blanc collaboratif spécial Autoédition

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.